Ouvrir le menu principal

Page:Bataille - Théâtre complet, Tome 11, 1922.djvu/216

Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.




Scène IX


BARNAC, GENIUS


BARNAC.

Qu’est-ce qui lui prend ? Ce témoignage d’affection chez cet ascète du devoir solitaire, ce janséniste peu habitué aux effusions professionnelles… (Un temps. Froid, changeant de ton.) Dis-moi, Genius ?


GENIUS.

Quoi ?


BARNAC.

Inutile de répandre cette petite histoire… Oublie… Pas d’anecdote…


GENIUS.

Je ne sais ce que tu veux dire…


BARNAC.

Si tu préfères ne pas comprendre… à ta guise… (Essayant de donner le change.) Au surplus, tu as raison : ces choses n’ont guère d’importance… Mais la petite est d’une faiblesse avec Miss ! Elle l’autorise à faire des fugues et à prendre une liberté abusive… vraiment !… Les remontrances s’imposent !


GENIUS, (tout à coup, dans une sorte d’explosion.)

Eh bien, non, non… j’éclate !…


BARNAC.

Qu’est-ce qu’il y a ?


GENIUS.

Toi, le plus excellent des cœurs !… Toi, si