Ouvrir le menu principal

Page:Bataille - Théâtre complet, Tome 1, 1922.djvu/61

Cette page a été validée par deux contributeurs.


Il est détaché net de Dieu.

comme la branche de l’arbre

détaché net du paradis,

comme le grain de paille.


ERVOANIK.

Je ne sais comment cela se fera, —

mais je vous épouserai avant qu’il soit un an.


ALIETTE.

Ervoanik ! Yohan ! Yanik !

par tous vos noms je vous aime…

mais j’ai bien envie de pleurer.


ERVOANIK.

Quand les larmes ont commencé

elles mettent si longtemps à finir !

Mais vous avez maintenant sujet d’être heureuse.


ALIETTE.

Oh ! je suis plus malheureuse qu’avant.


ERVOANIK.

Petite Aliette, ma petite sœur fine,

venez avec moi au jardin,

cueillir un bouquet d’herbes fines

de marjolaine et de thym.