Ouvrir le menu principal

Page:Bataille - Théâtre complet, Tome 1, 1922.djvu/50

Cette page a été validée par deux contributeurs.



MARIA.

Ervoanik ! Ervoanik ! Qu’avez-vous dit !


MATELINN.

Silence donc, femme, ce n’est qu’un fou…

(Comme pris d’une peur subite, effrayé de ce qu'il vient de dire, Ervoanik tombe à genoux sur le sable.)

ERVOANIK.

Ô grand pardon, pardon… ma mère…

Je ferai dure pénitence d’avoir dit ceci…

de mes yeux tomberont des larmes…

J’en demande aussi pardon à Notre-Dame-de-Folgoat…

je ferai trois fois le tour de sa chapelle…

Taisez-vous, taisez-vous, père de bonne volonté,

voici votre fils qui revient à vous.

Pardonnez-moi mon père.


MATELINN.

S’il veut mériter le pardon de Dieu,

qu’il aille trouver sa fiancée, et lui dise

les bonnes paroles de l’adieu.

Ainsi fera le pénitent, ensuite —

il tournera le dos et ira son chemin.