Ouvrir le menu principal

Page:Bataille - Théâtre complet, Tome 1, 1922.djvu/36

Cette page a été validée par deux contributeurs.



MARIA.

Vous bercerez l’enfant à la cuisine ;

j’attends les lavandières…

(La servante rentre la tête. La fenêtre s’éteint.
Maria va au lavoir et chante.)


.............................

Le Roi de Romani disait à sa femme :

Porte tes enfants sur le dos, marchons.

Quand nous serons fatigués de corps et d’âme,

ayant tant marché nous nous reposerons.

Et le temps passera toujours,
et le temps passera toujours.


(On frappe à la porte basse. Quatre paysannes
s’avancent, paquets sous le bras et sur la tête.)

PREMIÈRE LAVANDIÈRE.

Bonjour, Maria Coquart.


MARIA.
Bonjour, Anaïk,

et vous, douce jolie Renée.

Défaites vos linges et mettez les tabliers.

En vérité, les grenouilles ne chantent plus à l’étang…


DEUXIÈME LAVANDIÈRE.

Sauf votre grâce, votre fils Yohan

nous a retenues sur la lande à causer ;