Ouvrir le menu principal

Page:Bataille - Théâtre complet, Tome 1, 1922.djvu/275

Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.



GRAND’MÈRE.

Daniel !

(Elle laisse retomber le corps inerte, et alors, dans l’ombre, aperçoit en même temps la grande tache de sang rouge qui a inondé tout le lit.)

MARTHE, (étendue toujours dans le fond de la pièce sur la chaise longue. — et parlant d’une voix très faible.)

Madame Mathilde ?… Je voudrais tant que vous intercédiez pour moi ! Demandez-lui, dites, demandez-lui de me pardonner… répondez ?… Ô mon Dieu, j’ai peur… dites, madame, demandez-le-lui… vous serez bien bonne…


GRAND’MÈRE (toute droite et les yeux fixes.)

Oui… oui…


MARTHE.

C’est vrai ?… Oh ! dites, qu’est-ce qu’il répond ?…


GRAND’MÈRE.

Il te fait dire qu’il a pardonné…


MARTHE.

Oh ! quel bonheur !… Merci, Daniel… je vous remercie… Dites, madame… encore quelque chose ?… Demandez-lui, maintenant, s'il veut bien que je l’embrasse…