Ouvrir le menu principal

Page:Bataille - Théâtre complet, Tome 1, 1922.djvu/274

Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.



DANIEL.

J’étouffe. — Tu sais ce que tu as bien promis… Ne lui dis pas quand je serai mort… Jure. J’ai encore deux ou trois minutes à t’aimer, grand’mère… N’aie pas peur… Donne ta petite tête.


GRAND’MÈRE.

Daniel !


DANIEL.

Je m’en vais peut-être bien tout de même vers l’éternité des choses… à la fin !


GRAND’MÈRE.

Tu souffres énormément, dis ?…


DANIEL.

N’aie pas peur… Je suis un homme, maintenant. Maintenant, je suis bien au-dessus de ça… oh ! je suis fort… fort !…


GRAND’MÈRE.

Qu’est-ce qu’il y a ?


DANIEL.

Maman !… maman !… maman !…

(Il lui jette les bras autour du cou et rend le dernier soupir.)