Ouvrir le menu principal

Page:Bataille - Théâtre complet, Tome 1, 1922.djvu/238

Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.




Scène II


MARTHE, MAXIME.


MARTHE, (debout.)

Eh bien, qu’as-tu à me dire ?


MAXIME.

Des choses…


MARTHE.

Parle.


MAXIME.

Alors, c’est tout ce que tu trouves ? Il y a trois mois que je ne t’ai pas vue, deux mois que j’ai reçu cette lettre extraordinaire et ridicule, et pendant ce temps, il s’est passé les faits les plus bouleversants… ces fiançailles d’abord… (compliments !) Et tu as l’aplomb de me demander ce que j’ai à te dire…


MARTHE.

Mon Dieu, oui, Maxime.


MAXIME.

Tu crois êre quitte envers moi parce que tu as daigné me faire écrire que tout était fini. Alors nous vivrions tranquillement séparés, toi en province dans cette campagne, moi à l’usine ! Char-