Ouvrir le menu principal

Page:Bataille - Théâtre complet, Tome 1, 1922.djvu/202

Cette page a été validée par deux contributeurs.


joie !… heureuse de vous l’avoir procurée et de me devoir ce grand enthousiasme d’enfant…


DANIEL.

Ivre de joie ! C’est la première fois que j’éprouve cette plénitude… (Il renverse la tête en arrière dans les coussins.) Il fait bon !… C’est bon la vie !… Écoute, ce sont des pigeons, n’est-ce pas, qui passent derrière la croisée…

(Le soleil entre doucement par la fenêtre… il illumine toute la chambre d’hôtel… La respiration de Daniel semble peu à peu s’apaiser…)

MARTHE.

Si vous vous sentez appesanti, vous devriez vous laisser aller au sommeil peut-être ?


DANIEL.

Y penses-tu ? Nous ne pouvons dormir encore ni toi, ni moi ! Non, je me laissais aller au bonheur, la tête en arrière, voilà tout… Je revis de toi… Qui sait si je ne vais pas être transformé par cette communion, par cette source de ton cœur… qui vient de s’ouvrir.


MARTHE (souriant.)

Mon Dieu… mon Dieu… Comme vous voyez les choses idéalement, mon ami ! Moi, je les vois tout