Ouvrir le menu principal

Page:Bataille - Théâtre complet, Tome 1, 1922.djvu/163

Cette page a été validée par deux contributeurs.


jourd’hui, ce sera demain… je suis bien tranquille. Merci d’avance, Maxime… du plus profond de mon cœur. Nous aurions attendu, vois-tu… c’eût peut-être été trop tard… Tandis que, lorsque nous reviendrons, tout le monde sera guéri. Pardon et merci… Laisse-moi t’embrasser, fils.

(Daniel descend soutenu par Marthe.)

MAXIME.

Mais… je ne comprends pas… tout le monde ? Il n’y a qu’un malade ici…


GRAND’MÈRE.

Et le voilà.



Scène VI


MAXIME, GRAND’MÈRE, MARTHE, DANIEL.


DANIEL.

À gauche…

(Il s’étend sur le rocking près du parapet d’où il domine le port en rumeur. Le soleil descend dans la brume.)

GRAND’MÈRE.

Tu n’auras pas froid ?…