Ouvrir le menu principal

Page:Bataille - Théâtre complet, Tome 1, 1922.djvu/157

Cette page a été validée par deux contributeurs.


aussi !… Penser que jamais, jamais je ne pourrai te voir !… Penser que je ne saurai jamais comment tu es… J’ai beau passer mes mains sur ta figure, comme ça, je ne puis m’imaginer exactement comment tu es… Si tu savais comme je te vois au dedans… parce que je me rappelle avoir aperçu des visages humains autrefois… oh ! c’est loin, loin comme ton plus vieux souvenir ! mais je me rappelle, et, à force, en rapprochant des images, je compose, j’imagine, j’arrive à te voir… et tu es beau, si beau ! Tu ne dois pas être à ce point.


MAXIME.

Prends garde, mémé descend l’escalier.

(Grand’Mère arrive avec un coussin sur le bras.)


Scène IV


MARTHE, MAXIME, GRAND’MÈRE.


GRAND’MÈRE.

Veux-tu monter, Marthe ? Daniel désire que ce soit toi qui l’aides à descendre. Pendant ce temps, j’arrangerai le rocking et les coussins.