Ouvrir le menu principal

Page:Bastiat - Proudhon - Interet et principal, Garnier, 1850.djvu/66

Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


de tout service d’être rémunéré, il s’ensuit que le prêt » doit avoir son prix, ou, pour employer le mot technique, » qu’il doit porter intérêt. »

Voilà ce que vous disiez, il y a quinze jours. Aujourd’hui vous dites : Distinguons, prêter c’était rendre service autrefois, ce n’est plus rendre service maintenant.

Or, si prêter n’est plus rendre service, il va sans dire que l’intérêt est, je ne dis pas illégitime, mais impossible.

Votre argumentation nouvelle implique ce dialogue :

L’emprunteur. Monsieur, je voudrais monter un magasin, j’ai besoin de dix mille francs, veuillez me les prêter.

Le Prêteur. Volontiers, nous allons débattre les conditions.

L’emprunteur. Monsieur, je n’accepte pas de conditions. Je garderai votre argent un an, deux ans, vingt ans, après quoi je vous le rendrai purement et simplement, attendu que tout ce qui, dans le remboursement du prêt, est donné en sus du prêt, est usure, spoliation.

Le Prêteur. Mais puisque vous venez me demander un service, il est bien naturel que je vous en demande un autre.

L’emprunteur. Monsieur, je n'ai que faire de votre service.

Le Prêteur. En ce ras je garderai mon capital, dussé-je le manger.

L’emprunteur. « Monsieur, je suis socialiste, et le Socialisme, redoublant d’énergie, proteste et vous dit par ma » bouche : je n’ai que faire de votre service, service pour vous et spoliation pour moi, tandis qu’il est loisible à la société de me faire jouir des mêmes avantages que vous m’offrez, et cela sans rétribution. M’imposer un tel service, malgré moi, en refusant d’organiser la circulation des capitaux, c’est me faire supporter un prélèvement injuste, c’est me voler. »

Le Prêteur. Je ne vous impose rien malgré vous. Dès que vous ne voyez pas dans le prêt un service, abstenez-vous d’emprunter, comme moi de prêter. Que si la société vous offre des avantages sans rétribution, adressez-vous à elle, c’est bien plus commode, et quant à organiser la circulation des capitaux, ainsi que vous me sommez de le faire, si vous entendez par là que les miens vous arrivent gratis