Page:Bastiat - Proudhon - Interet et principal, Garnier, 1850.djvu/161

Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.



2. Doit Caisse à Marchandise générale.

Vente au comptant à B, 990 fr.

Vente au comptant à C, 990 fr.

Vente au comptant à D, 990 fr.

Vente au comptant à E, 990 fr.

Vente au comptant à F, 990 fr.

Vente au comptant à G, 990 fr.

Vente au comptant à H, 990 fr.

Vente au comptant à I, 990 fr.

Vente au comptant à K, 990 fr.

Vente au comptant à L, 990 fr.

----------

Total.   9,900 fr.


Mais si les travailleurs B, C, D, etc., consomment les articles de A, à son tour le propriétaire-capitaliste-entrepreneur A consomme les produits des travailleurs B, C, D, etc., de qui il doit les acheter, comme ils achètent eux-mêmes les siens. Or, nous avons vu, chapitre 1er, article 3, que la mieux-value donnée aux valeurs consommées par B, C, D, etc., étant, par hypothèse, et dans un régime exempt de tout chômage, stagnation, avilissement de prix, de 10 pour 100, le capital de 900 fr. que B a obtenu, par crédit, de la Banque, reproductivement consommé, se transforme en un autre de 1, 089 fr. : c’est donc d’après ce prix que A fait ses achats auprès de B, et en acquitte les factures. Ce qui se traduit dans les écritures comme suit :


3. Doit Marchandise générale à Caisse :

Achat au comptant de travailleurs ci-après : de B, ses livraisons de divers articles pour ma consommation, 1,089 fr.

C, — — — 1,089 fr.

D, — — — 1,089 fr.

E, — — — 1,089 fr.

F, — — — 1,089 fr.

G, — — — 1,089 fr.

H, — — — 1,089 fr.

I, — — — 1,089 fr.

K, — — — 1,089 fr.

L, — — — 1,089 fr.

----------

Total   10,890 fr.