Page:Bastiat - Proudhon - Interet et principal, Garnier, 1850.djvu/118

Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


valeur reproductive, n’étant plus estimés que comme produits, comme choses consommables et fongibles, la faveur qui s’attache à l’argent et aux capitaux se porterait tout-entière sur les produits ; chacun, au lieu de resserrer sa consommation, ne songerait qu’à l’étendre. Tandis qu’aujourd’hui, grâce à l’interdiction mise sur les objets de consommation par l’intérêt, le débouché reste toujours, et de beaucoup, insuffisant, ce serait la production qui, à son tour, ne suffirait pas : le travail serait donc de fait, comme de droit, garanti.

La classe travailleuse gagnant d’un seul coup 5 milliards environ d’intérêts, qu’on lui prend sur les 10 qu’elle produit, plus 5 milliards que le même intérêt lui fait perdre en chômage, plus 5 milliards que la classe parasite, coupée aux vivres, serait alors forcée de produire : la production nationale se trouverait doublée, et le bien-être du travailleur quadruplerait. — Et vous, monsieur, que le culte de l’intérêt n’empêche point d’élever votre pensée vers un autre monde, que dites-vous de ce petit amendement aux choses d’ici-bas ? Est-il clair, à présent, que ce n’est pas la multiplication des capitaux qui fait baisser l’intérêt, mais bien, au contraire, la baisse de l’intérêt qui multiplie les capitaux ?

Mais tout cela déplaît à MM. les capitalistes, et n’est point du goût de la Banque. La Banque tient à la main la corne d’abondance que lui a confiée le Peuple : ce sont ces 341 millions de numéraire accumulé dans ses caves, et qui témoignent si haut de la puissance du crédit public. Pour ranimer le travail et répandre partout la richesse, la Banque n’aurait à faire qu’une chose : ce serait de réduire le taux de ses escomptes au chiffre voulu pour le service d’un intérêt à 4 p. 100 sur 90 millions. Elle ne le veut pas. Pour quelques millions de plus à distribuer à ses actionnaires, et qu’elle vole, elle préfère faire perdre au pays, sur la production de chaque année, 10 milliards. Afin de payer le parasitisme, de solder les vices, d’assouvir la crapule de deux millions de fonctionnaires, d’agioteurs, d’usuriers, de prostituées, de mouchards, et d’entretenir cette lèpre du gouvernement, elle fera pourrir, s’il faut,