Ouvrir le menu principal

Page:Barthe - Drames de la vie réelle, 1896.djvu/78

Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


répondre. Quelle que soit ma réponse, on l’interpréterait comme une violation du secret de la confession. Je suis, du reste, ajouta-t-il, dans mon droit strict, car lors de la cession du pays à l’Angleterre, toutes nos immunités religieuses ont été garanties……

Et il allait continuer, lorsque le juge dit avec chaleur :

— Il est défendu au témoin de faire des discours…… Que demandez-vous ? dit le juge au Procureur Général.

Ce dernier, voyant la fermeté du témoin, et se ravisant, dit au juge qu’il allait suspendre l’audition de ce témoin, pensant bien qu’il pourrait s’en passer, mais, en attendant, le Grand Vicaire fut, par ordre de la cour, mis sous la garde du shérif jusqu’à la fin du procès, ce qui, on le voit, n’avançait pas beaucoup les affaires du Grand Vicaire et augmentait son anxiété.

Pendant que cela se passait, il y avait dans la foule qui bondait la salle d’audience, un pauvre malheureux de St-Ours, affligé d’un tic nerveux, lequel devenait plus intense et causait du bruit lorsqu’il était excité. L’incident du curé avait augmenté son affliction au point d’attirer sur lui l’attention du juge, homme irritable, le devenant davantage par suite de la contrariété que lui avait fait éprouver le Grand-Vicaire.

— Conduisez cet homme en prison, dit le juge en indiquant l’individu au tic nerveux…… Sa figure me déplaît, ajouta le brutal magistrat……

Un huissier mit la main au collet de l’homme au tic nerveux ; mais celui-ci, qui avait des muscles, et ne comprenant rien à la tentative, repoussa l’huissier…… puis un second…… puis un troisième vinrent à la rescousse, et sans les bâtons avec lesquels on assomma le malheureux, on n’en serait pas venu à bout……

— Vous garderez ce vaurien en prison, dit brutalement le juge au shérif, jusqu’à la fin du procès……

Et on procéda.

Tel était le régime colonial anglais avant la révolution canadienne !

Le procès de Jones ne dura pas longtemps ; ça fut un véritable déni de justice. Un patriote avait été tué d’un coup de pistolet, ça valait mieux pour lui que la potence ! Le réquisitoire du Procureur Général fût anodin, et la charge du juge fut violente contre les rebelles : — La preuve ne révélait pas, dit-il, que c’était Jones qui avait tiré, que ça pouvait être l’autre qui était mort, en sorte que le jury, composé de fanatiques torys et de choyens français, acquitta Jones sans même sortir du banc. Ça fût aussi la libération, au bout de cinq jours, du Grand-Vicaire, qui s’empressa de revenir au presbytère de Sorel.

XXIV

Les préoccupations et la fièvre résultant des graves événements politiques qui avaient lieu, dans le Bas-Canada, lors de notre récit, absorbaient tellement la population, que le meurtre horrible du mari de Julie attira peu ou point l’attention pendant les premiers jours, pour, en outre, la bonne raison que ça prit et ça devait prendre beaucoup de temps avant que le fait fût 'connu le la population, car il n’y avait point alors de bateaux à vapeur, de chemins de fer, de télégraphe, de téléphone, et, à part ces merveilleuses choses, que la diligence e la malle-poste de Sa Majesté