Ouvrir le menu principal

Page:Barthe - Drames de la vie réelle, 1896.djvu/75

Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


10e résolution, proposée par M. Louis Blanchard, de St-Hyacinthe, député, appuyée par M. Josepn Séné :

Résolu — Qu’au lieu de faire cesser de bonne foi ces griefs et ces abus, tel qu’il en est obligé, le Gouvernement et les deux chambres du Parlement Impérial ont menacé, et ils se proposent de mettre à néant les droits fondamentaux de cette colonie ; afin d’imposer au peuple une soumission indigne et abjecte aux mesures oppressives qu’on est à lui préparer, les autorités ont recours au même système de coercition et de terreur qui a déshonoré le gouvernement anglais en Irlande : des magistrats, des officiers de milice, jouissant de la confiance de leurs compatriotes, sont dépouillés de leurs charges, parce qu’ils aiment trop leur pays pour donner leur sanction à un système agressif et inconstitutionnel, ou pour laisser violer impunément les franchises qui demandent à être respectées. Et pour mettre la sceau à toutes ces injustices, le gouverneur actuel a fait venir de nombreuses troupes dans cette province voulant ainsi détruire par la force physique toute résistance constitutionnelle, et compléter par la désolation et la mort l’œuvre de tyrannie décidée préalablement et autorisée par les autorités de l’autre côté de l’océan.

11e résolution, proposée par M. Laurent Bédard, de St-Simon, appuyée par M. S. Boudrault, de Ste-Marie :

Résolu — Que tout en tenant lord Gosford responsable de cette atteinte atroce à nos plus chères libertés qui se trouvent menacées par la force armée, et comptant sur la sympathie de nos voisins, sur la coopération active de nos frères réformateurs du Haut-Canada, et sur la Providence qui nous fournira l’occasion favorable de nous dégager du système d’oppression sous lequel nous gémissons aujourd’hui, nous déclarons ici que nous prenons en pitié la condition malheureuse des soldats que nos ennemis veulent convertir en vils instruments d’esclavage, et que la population de ces comtés n’entravera en rien l’action des soldats stationnés dans ce district, qui désireront améliorer leur condition en émigrant dans la république voisine ; d’autant plus que nous avons toute raison de croire que grand est le nombre de ceux qui n’attendent que l’occasion d’abandonner ainsi un état aussi anormal que désagréable.

12e résolution, proposée par M. Côme Cartier, de St-Antoine, appuyée par M. Siméon Mairchessault, de St-Charles :

Résolu — Que cette assemblée approuve la formation nouvelle d’une association politique ayant nom ; " Les Fils de la Liberté,” et recommande aux jeunes gens de ces comtés de suivre cet exemple, de former dans chacune de leurs paroisses des soçiétés-sœurs des " Fils de la Liberté, ” de se tenir en rapport et en communication constante avec ces derniers à Montréal, et d’adopter la même organisation, afin d’être prêts, à un moment donné, à offrir leur support, si les circonstances les appelaient à protéger et défendre leurs libertés menacées.

13e résolution, proposée par M. le Dr Dorion, de St-Ours, appuyée par M. Eustache Graton, de Ste-Marie :

Résolu — Que les délégués nommés par les différentes paroisses des six comtés soiént requis de se réunir de nouveau à cet endroit, demain, à deux heures de l’après-midi, afin de prendre en considération toutes propositions qui pourront leur être soumises.