Ouvrir le menu principal

Page:Barthe - Drames de la vie réelle, 1896.djvu/71

Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


rassurant, il employa l’après-midi à la correspondance, et porta lui-même à l’hôtel du père G…… vers les cinq heures, sa longue réponse à son collègue d’estime de la famille.

Après le départ du curé de la maison du meurtrier du mari de Julie, cette bête fauve, poussée par l’instinct de la conservation, réalisa vite la situation, d’autan » mieux que la rencontre qu’il avait faite le matin de son charretier de *** n’était pas chose rassurante. Il se drogua à sa manière, ce qui eut pour effet de le calmer quelque peu, se rendit à la cuisine où se trouvait sa vieille ménagère.

À la vue de la figure tourmentée de son maître, le cœur de la bonne femme battit à rompre sa faible poitrine, et elle fut littéralement torturée par un sentiment d’effroi indescriptible. Son maître la regarda à peine, mais lui dit d’aller, de suite, chez le père Charlot, charretier, et de lui ordonner de venir sans aucun retard avec son meilleur attelage. C’était très pressé, dit-il… Ayant vu sortir le curé peu d’instants auparavant, la vieille comprit que c’était pour un malade, et elle se hâta en conséquence, bien que fort perplexe.

Le misérable s’empressa de faire sa malle, emportant le plus nécessaire dans la plus petite de ses valises ; il mit dans ses poches tout l’argent qui lui restait dans la maison, entre autres £50 des économies que sa ménagère lui avait confiées, et il attendit nerveusement, tout en continuant de se droguer, surtout de morphine, dont depuis le meurtre il absorbait d’énormes quantités.

Le charretier Charlot ne se fit point attendre, mais la vieille resta à jaser ; son maître lui ayant dit qu’il ne dînerait pas, elle avait le temps, et du reste la vue de son maître lui faisait mal……

Dès l’arrivée du père Charlot, le misérable sauta dans la calèche, tenant sa petite valise à côté, le père Chariot s’assit devant…

— Partez vite, dit l’assassin ; c’est un cas pressé, chemin de St-Ours… Ce qui fut dit fut fait, et en moins d’une heure les quatre lieues entre Sorel et St-Ours furent franchies, les Charlot étaient de maîtres charretiers de père en fils……

On se rendit à l’auberge du père M…., où l’assassin commanda une autre voiture en hâte, avec ordre de venir le quérir chez le Dr *** où il se rendait. Ce dernier le reçut, et comme il était fort myope, il ne s’aperçut pas de la physionomie troublée de son collègue. Celui-ci demanda de quoi écrire, ce qu’il fit durant cinq minutes. Puis sans aucune précaution oratoire, il narra gravement l’histoire de son crime épouvantable. Le bon Dr D… crut vraiment que la tête de son collègue avait chaviré, mais la voiture arrivant, ce dernier remit le papier au Dr *** dit : Adieu…… adieu…… et sauta dans la voiture qui partit bon train sur le chemin de St-Denis.

Ce jour même avait lieu à St-Charles la grande assemblée des patriotes des six comtés, et le Dr D…… avait au moment de l’arrivée de son collègue, fait ses préparatifs pour s’y rendre, en sorte qu’il donna ordre à son domestique d’atteler sans dire un seul mot à qui que ce soit de l’étrange aventure qui l’avait abasourdi.

Il jeta un regard distrait sur les écritures de son confrère, déposa ces feuillets dans son coffre-fort, et il partit pour le rendez-vous patriotique……