Ouvrir le menu principal

Page:Barthe - Drames de la vie réelle, 1896.djvu/28

Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


24. Octavie Péloquin, âgée de 2 ans, enfant de Paul Péloquin.

25. Elmire Bibeau, âgée de 16 ans, enfant de Pierre Bibeau.

26. Elmire Cardin, âgée de 2 ans, enfant de Louis Cardin.

Paroisse de l’Ile du Pads

27. Rose Pruville, âgée de 51 ans, épouse de Col. Brissette.

28. Louise Desorcy, âgée de 54 ans, épouse d’Olivier Bérard.

29. Rose Bérard, âgée de 15 ans, fille d’Olivier Bérard.

30. Julie Bérard, âgée de 16 ans, fille d’Olivier Bérard.

31. Marguerite Bérard, âgée de 22 ans, fille d’Olivier Bérard.

32. Marie Cardin, âgée de 4 ans, enfant de Ls. Cardin, de l’Ile de Grâce.

33. La trente-troisième victime de l’inondation a été trouvée la semaine dernière dans la commune de l’Île du Pads. C’est l’enfant de M. Gilbert Brissette, âgé de 6 mois. Le père de cette jeune victime a vu périr sous ses yeux, le 12 avril dernier, son épouse, sa mère, son enfant, ses deux frères et quatre de ses sœurs.

Le jeune enfant de M. Paul Péloquin, de l’île de Grâce, n’a pas encore été trouvé c’est cet enfant que l’on disait avoir été tiré de l’eau, encore vivant, par un habitant de St-François, le lendemain de la tempête.

Le touriste peut encore aujourd’hui voir un modeste monument au cimetière de Sorel, indiquant l’endroit où reposent les restes des victimes dont on vient de voir la fin tragique. Ajoutons à ces souvenirs que les témoins de ces lamentables événements sont hélas ! peu nombreux aujourd’hui.


X

ASSEMBLÉE PUBLIQUE À ST-HYACINTHE EN FAVEUR DES INONDÉS.

Dimanche dernier, à l’issue des vêpres, les citoyens de cette localité se réunissaient à l’Hôtel de Ville pour prendre des mesures pour venir au secours des malheureuses victimes de l’inondation. Un grand nombre de personnes assistaient à cette assemblée, parmi lesquelles nous avons remarqué le Révd. M. Raymond, supérieur du séminaire, le Rév. M. Moreau, prêtre de l’évêché, le Rév. M. DeLacroix, curé de cette paroisse, et les citoyens les plus influents de cette ville.

M. le Dr Malhiot, maire-suppléant, fut appelé à présider l’assemblée, et Jos. Nault, Eur., N. P., à agir comme secrétaire.

M. Malhiot expliqua le but de l’assemblée et rappela en peu de mots les malheurs que nous avons à déplorer dans certaines paroisses de chaque côté du fleuve, par suite de l’inondation, et les obligations où nous sommes de contribuer autant qu’il est en notre pouvoir au soulagement des malheureux inondés, surtout des habitants de la paroisse de Sorel qui appartiennent au même diocèse que nous.

M. le Grand-Vicaire Raymond ayant été invité à adresser la parole à l’assemblée, il le fît à peu près en ces termes : « Je ne crois pas que dans une circonstance semblable, il y ait besoin de considérations développées pour faire atteindre le but de cette réunion. Il ne saurait s’agir que de faire connaître les faits. Qui d’entre vous, messieurs, ne les a pas appris ? Ils sont là, remplissant tous les journaux de leurs tristes détails. Vous les avez tous lus avec une émotion, une angoisse de cœur qui les a profondément empreints dans votre mémoire. Vous êtes encore sous l’impression de la stupeur que vous a causée la rigueur et l’étendue du désastre. Les derniers cris des malheureuses victimes, que les vents jetaient à la merci des flots, retentissent à vos oreilles, et votre imagination erre tristement