Ouvrir le menu principal

Page:Barthe - Drames de la vie réelle, 1896.djvu/23

Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


tice, où un plan d’organisation fut soumis et après quelques minutes de délibération, les résolutions suivantes furent adoptées :

« Qu’un comité composé du Rév. Messire Millier, de l’hon. T. J. J. Loranger, de Son Honneur le maire, G. I. Barthe, avocat, Capt. Chs Armstrong. J. F. Sinconnes, avec pouvoir de s’adjoindre telles autres personnes qu’ils choisiront, soient nommés comme comité de secours permanent aux victimes de l’inondation.

« Que le comité se mette en rapport avec les autorités municipales du comté et notamment avec le comité nommé par la corporation de la ville de Sorel et demande leur coopération, afin d’agir avec l’entente cordiale nécessaire pour promouvoir le but de cette assemblée :

« Que séance tenante le comité fasse choix de personnes convenables pour recueillir dans la ville et la paroisse de Sorel les secours nécessaires pour venir en aide aux victimes de l’inondation.

« Il est encore proposé qu’une liste de souscription soit maintenant ouverte. »

T. J. J. Loranger 
 150 $
J. F. Sincennes 
 150 $
D. M. Armstrong 
 100 $
G. L. Armstrong 
 50 $
L. U. Turcotte 
 100 $
D. et J. McCarthy & Co 
 250 $
James Morgan 
 50 $
Wm. Lunan 
 50 $
A. N. Gouin 
 50 $
P. R. Chevalier 
 50 $
Wm. Buttery 
 150 $
G. I. Barthe 
 50 $
Eugène Bruneau 
 50 $
et nombre d’autres formant en tout 1 500 $, par sommes de 10 $ et moindres, le tout séance tenante.

La Corporation de Sorel a, en outre voté 100 $ mercredi soir.

Honneur soit rendu à nos concitoyens et merci, grand merci au nom de nos pauvres habitants si rudement éprouvés, à l’hon. juge qui a pris l’initiative dans cette œuvre si pleine d’humanité et à la fois de patriotisme !

Maintenant, il nous reste à faire un appel peu éloquent, mais bien sincère, à tous nos compatriotes de ce district. Nous les supplions au nom du malheur, de la charité et au nom de la nationalité de venir en aide aux pauvres habitants de cette paroisse. Il y a trois ans à peine, nous faisions appel au patriotisme de nos abonnés en faveur des Acadiens qui avaient besoin de secours, et des souscriptions comparativement considérables furent recueillies dans nos bureaux pour ces pauvres gens. Aujourd’hui, ceux qui sont éprouvés par le malheur le sont plus rudement encore et nous touchent de plus près. Nous espérons donc qu’un chacun fera un sacrifice pour venir en aide à nos co-paroissiens. Qui donne aux malheureux prête à Dieu ! Si nous ne voulons pas que la plus grande partie de notre paroisse se dépeuple, que nos pauvres habitants vendent leurs terres et émigrent aux États-Unis, venons-leur en aide. Aidons-les à rebâtir leurs maisons et à ensemencer leurs terres !

Au-delà de 1 600 $ sont souscrites par le chef-lieu de ce district. Seize