Ouvrir le menu principal

Page:Barrès - La Colline inspirée, 1913.djvu/98

Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


sa poursuite. Dieu est constant dans ses desseins. S’il a choisi jadis, comme l’a dit saint Paul, pour sauver le monde ce qu’il y avait de plus vil et de plus méprisable, pourquoi ne choisirait-il pas aujourd’hui, pour le renouveler, un malheureux, un coupable même, afin que les qualités de son opération divine en soient plus manifestes ? Son évêque l’a fait condamner Et le mien ? Est-ce qu’il ne m’a pas condamné ?

Ce raisonnement et d’autres semblables n’empêchaient pas que les propos du chanoine Lambert l’eussent singulièrement travaillé quand il descendit à Tilly. C’était le soir. Il demanda une chambre dans l’unique auberge. On lui en donna une dont la fenêtre ouvrait au couchant. Le suintement rouge du ciel à l’horizon lui parut d’un si funèbre augure qu’il referma la croisée, ouverte d’abord pour voir la campagne, et il descendit s’asseoir à une petite table d’hôte, autour de laquelle riaient haut quelques habitués.

Les propos grossiers de ces individus laissèrent le prêtre indifférent jusqu’au moment où, un vieux monsieur de mine falote étant entré dans la salle, un d’eux l’interpella :

— Eh bien ? monsieur le Baron, est-ce aujourd’hui que le roi Louis XVII revient ?