Ouvrir le menu principal

Page:Barrès - La Colline inspirée, 1913.djvu/418

Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.



— Je vous remercie bien, Monsieur Morizot.

L’ancien magister aurait continué son discours, mais l’Oblat, qui sentait que le malade allait s’affaiblissant et que le temps pressait, continua la cérémonie. Il releva le prêtre repentant des censures, de l’excommunication et de l’interdit pour hérésie et schisme, et prononça la sentence d’absolution. Puis, l’ayant rétabli dans tous ses pouvoirs, il lui donna le Saint Viatique.

À cette minute, la pensée que le Père Aubry lui avait léguée jeta une longue flamme dans l’âme du Père Cléach. Le vieil Oblat avait dit vrai. Au fond de sa longue erreur, ce malheureux hérésiarque avait connu un enthousiasme du divin et un élan d’adoration que le meilleur croyant devait envier et désirer d’ajouter à sa foi. Le jeune Oblat se mit à genoux et, devant la petite assemblée, demanda au pénitent de lui donner sa bénédiction.

Léopold, élevant aussitôt la main, prononça la formule :

— Que le Dieu très haut et très bon, Père, Fils et Saint-Esprit, vous accorde sa bénédiction, et qu’à jamais elle demeure sur vous et sur les vôtres.