Ouvrir le menu principal

Page:Barrès - La Colline inspirée, 1913.djvu/390

Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.



— Maintenant, tu ne souffres plus.

Et l’enfant, au milieu de l’assistance émerveillée, convint avec une joie mêlée d’épouvante que sa douleur était partie.

Scène d’un caractère éternel, pareille à mille autres qu’elle ranime au fond de l’âme paysanne. Les gens rassemblés, ce soir, à Étreval, sont aussi prêts à gouailler qu’à croire cette chose extraordinaire qui vient de se passer sous leurs yeux. Quant à Léopold, refermant ses lourdes paupières pour cacher l’éclair orgueilleux de ses yeux, il ne voit pas, n’entend pas les mouvements divers qu’il suscite ; plus enivré par sa réussite que par le doigt de vin qu’il a bu, il jouit de sa toute-puissance. « Bonne mère, dit-il en son cœur ! et tournant son regard vers l’âtre où les trépassés se chauffent, invisibles et voyant tout, bonne mère, avait-il raison, le jeune prêtre trop méchant qui m’a chassé de votre maison ? » Ainsi pense-t-il et, sans un mot de récrimination, il distribue à tous des croix de grâce, que chacun accepte parfaitement, car dans le doute qu’est-ce qu’on risque ? Puis il leur dit qu’ils peuvent se retirer et s’aller coucher tranquilles.

Quant à lui, il refuse le lit qu’on lui offre, en disant qu’il ne veut pas dormir, mais