Ouvrir le menu principal

Page:Barrès - La Colline inspirée, 1913.djvu/377

Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.



CHAPITRE XVIII


UN HIVER DE DIX ANNÉES


Et maintenant quel silence, quelle indifférence autour de Léopold Baillard ! La guerre a rejeté tant de choses au fond des siècles ! L’histoire des Baillard fait désormais partie d’un monde aboli. On n’en voit plus au milieu des broussailles que l’espèce de tour ruinée qu’est la vieillesse de Léopold. Des légendes flottent dessus. Comme les Raymond Lulle et les Nostradamus, ce maudit a connu l’art de tirer l’or des poches obscures où il sommeille. Dans les veillées, on parle de ses grands voyages, comme des aventures que coururent toujours les chercheurs de trésors. Sa visite surtout, chez l’Empereur, à Vienne, éblouit. Nul ne voit les anges et les fantômes au milieu desquels il vit, mais beaucoup admettent