Ouvrir le menu principal

Page:Barrès - La Colline inspirée, 1913.djvu/277

Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


par excellence, le coupable de tous les autres coupables, c’est l’évêque, qui suspend, interdit, condamne, foudroie par tous les moyens trois prêtres, jusque-là honorés, et qui, lançant contre eux les premières et les plus solennelles insultes, autorise, excite, commande toutes celles qui les ont suivies…

La nuit était magnifique. La pleine lune versait les flots de sa lumière magique sur la plaine et sur la colline rendue plus mystérieuse. Les étoiles se levèrent au-dessus du donjon, des branchages et des croix funéraires. Léopold sentait se rompre le cercle ordinaire de ses idées. Au terme d’une journée si amère, qui venait de l’atteindre aux sources de son âme, il goûtait une consolation de cette tour millénaire et de ces pierres tombales. Leur solitude l’invitait à se faire une solitude dans son cœur. Il renia ses paroissiens, tous les vivants de Sion, de Saxon, de Vaudémont et de toute la plaine, hormis une poignée de justes, pour n’aimer que les morts et le ciel. Il se glorifia en songeant qu’il s’était perdu dans le monde visible pour le service du monde invisible. Et sans détacher son regard de la petite lumière de son ennemi, il se jeta à genoux dans l’herbe des tombes ; il pria Dieu ; il lui demanda que la Vierge indignée