Ouvrir le menu principal

Page:Barrès - La Colline inspirée, 1913.djvu/247

Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


du village, qui sortaient de l’église, entrèrent au nombre de quinze à vingt dans le jardin du couvent, comme autant d’évaltonées, riant, dansant, courant à toutes jambes, venant faire sous les fenêtres de grands saluts, de grandes inclinaisons de tête et de corps. Léopold jeta sur elles un regard pénétrant, et les reconnut comme les sœurs de cette populace de Jérusalem, qui faisait des génuflexions insultantes devant le Christ, au moment où les princes des prêtres le tenaient en leur pouvoir.

Il fut tiré de cette méditation, dont l’amertume l’enivrait, par les cris affreux que poussaient les saintes femmes de Sion. Libonom venait d’apporter le commandement d’avoir à vider les lieux dans les vingt-quatre heures, et toutes les instances échouaient devant le marbre de son cœur. Derrière l’huissier, la Noire Marie avait pénétré dans le jardin. Elle y trouva sœur Marthe et la gourmanda devant tous en la tutoyant avec mépris. Elle amenait avec elle quatre ou cinq des ennemis de l’Œuvre, qui parcoururent le terrain en faisant des offres de location. Et durant toute cette après-midi, les Baillard furent comme assiégés. Ils se tenaient reclus dans leurs chambres vides, regardant avec