Ouvrir le menu principal

Page:Barrès - La Colline inspirée, 1913.djvu/202

Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


plate, le terre à terre d’un charlatan. Et pour finir, reprenant ses esprits, il donna le programme, dit qu’il ne resterait à Sion que trois jours, que le lendemain serait un jour très solennel et qu’on y connaîtrait les rigueurs de Dieu, et que le surlendemain serait un jour plus solennel encore.

Les Enfants du Carmel se retirèrent dans un grand trouble, et beaucoup firent paraître des états étranges qui allaient du rire nerveux jusqu’à un effroi véritable. Mais les Pontifes et Thérèse enivrée orientaient tout cela vers l’enthousiasme et volatilisaient les terreurs en disant :

— L’Organe, c’est un instrument sur lequel l’Esprit divin opère comme un virtuose sur son violon. C’est le violon du Paraclet.

Dans la nuit, Vintras eut un ravissement. Il fut enlevé par la lumière divine au delà de nos horizons et hors des limites de nos sens. Il assista à un conseil de Dieu. Il y avait là tous les Archanges et tous les voyants de la terre. Dieu, qui avait l’intention de détruire l’Univers, demandait l’avis de chacun. Les Anges s’inclinèrent d’approbation et les Voyants crièrent tous : « À mort ! à mort ! » Quand vint le tour de l’Organe, il plaida la cause de la terre : « Soit ! conclut-il, vous la mettrez en poudre, Seigneur. En serez-vous