Ouvrir le menu principal

Page:Barrès - La Colline inspirée, 1913.djvu/142

Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.



— Je vais vous mettre au courant des rapports spéciaux qui existent en ce moment entre le ciel et la terre.

Il parla de Tilly. Sa manière de comprendre Vintras, plus élevée que celle de François, l’autre soir, tenait dans ce thème : les évêques ont laissé la religion descendre au niveau de la nature humaine ; le rationalisme les a pénétrés. Or un prophète s’est levé. Vintras nous a rouvert les sentiers qui mènent à l’invisible ; il nous fait rentrer dans la sphère du surnaturel.

Mais Léopold avait trop de hâte d’épancher son cœur. Il oubliait d’établir les faits les plus essentiels, de donner un historique de son voyage ; il supposait connus Vintras et Tilly. Dans le prodigieux effort qu’il faisait pour traduire les sentiments qui venaient depuis trois mois d’émerger de son âme profonde, et pour tenter avec eux une éducation nouvelle de ses paroissiens, il ne pensait plus à raconter son aventure, mais simplement à exprimer le frisson lyrique dont elle l’avait remué. Ses paroles pleines de son et de cadence, plus qu’à leur ordinaire, car la passion la plus vraie l’enfiévrait, mais trop obscures, passaient par-dessus la tête des auditeurs, et s’envolant du plateau, au