Ouvrir le menu principal

Page:Barbey d’Aurevilly - Un prêtre marié, Lemerre, 1881, tome 1.djvu/332

Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


— Si je n’en demande pas, fit-elle, ce n’est pas ce que vous croyez, monsieur le vicomte. Non ! il n’a pas été ingrat. Il a été orgueilleux, têtu, bien indomptable, bien impie, un vrai Nabuchodonosor de vices : mais du moins il n’a pas ajouté l’ingratitude au dur compte qui lui sera demandé un jour. Quand il est revenu au pays et qu’il n’a pas craint d’acheter le Quesnay d’un argent qui lui venait de son apostasie, comme les trente deniers de Judas, puisque c’était la dot (qu’on disait) de celle qu’il avait épousée, il n’a pas eu honte de la vieille femme qui l’avait peigné et débarbouillé pendant qu’il n’était qu’un marmot, gardant nu-pieds la vache à son père. Oh ! non, il est venu à moi le premier et par plusieurs fois à Taillepied, au bourg et partout, me disant que je l’appelasse Jean devant le monde, comme au temps où il n’était qu’un écolier en camérie, au bourg de S…, et me tourmentant pour mettre bien des choses, dont je ne voulais pas, dans les poches de mon tablier.

Nombre d’autres fois, il m’a suppliée par lui et par son enfant, qui est bien plus que lui-même à ses yeux, de venir au Quesnay et d’y vivre quand je serai lassée de ma quenouille et que la salive me manquera pour mouiller mon fil. Mais j’ai tout repoussé, tout rejeté ; je me suis fait l’oreille dure ; j’ai été têtue comme lui ;