Ouvrir le menu principal

Page:Barbey d’Aurevilly - Un prêtre marié, Lemerre, 1881, tome 1.djvu/283

Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


XIII


Et ils disent bien, ces têtes rassises, ces grands jugeurs ! C’était une folie polonaise ! Le sang des Sapieha et des Zips, exaspéré par un amour à qui on faisait respirer sa proie, monta au cerveau du Normand et l’embrasa comme de la poudre ! Néel tenait du pays où la vie ne pèse pas plus que la plume qu’on porte à son bonnet, impalpable aigrette ! et où les hommes, quand ils boivent seulement à leurs maîtresses, cassent sur leur occiput de lourdes coupes de cristal qui blessent plus cruellement que des sabres, et pétrissent dans leurs mains nues leurs verres comme du sable,