Ouvrir le menu principal

Page:Barbey d’Aurevilly - Un prêtre marié, Lemerre, 1881, tome 1.djvu/276

Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


faiblesse transparente, de vraies mains de Muse !

« Eh bien ! après tout cela, le croiriez-vous ? une seconde après, elle s’effondrait ; elle était foudroyée ! Elle était comme vous la voyez ! La catalepsie avait remplacé la névrose. Névrose, catalepsie ! des noms ! Ah ! celui qui a dit que nommer les choses, c’est les créer, a dit une fière imposture ! Ce n’est pas même les comprendre. J’ai consulté toute l’Europe. Ils ne savent rien ! Toutes leurs médications sont impuissantes, et voilà pourquoi la pensée m’est venue de chercher, moi ! si, par une combinaison de toxides, je ne pourrais pas venir à bout de ce mal, qui me prend mon enfant tous les jours un peu plus.

Cette combinaison à laquelle j’ai été amené par des observations et des analogies que je ne vous dirai pas, à vous qui n’êtes ni un chimiste ni un médecin, cette combinaison sera peut-être pour moi ce que fut la formation du diamant pour Lavoisier, un rêve, une chimère, une impossibilité ; mais peu importe ! je n’en suis pas moins décidé à la poursuivre nuit et jour sans repos ni trêve, jusqu’à ma dernière heure d’attention et d’intelligence, jusqu’à mon dernier regard, jusqu’à mon dernier souffle que je cracherai dans mon fourneau !

Et il arrangea les coussins autour de la tête