Page:Barbey d’Aurevilly - Les Quarante Médaillons de l’Académie.djvu/97

Cette page a été validée par deux contributeurs.


XXX


M. ÉMILE AUGIER


Très-inférieur à l’auteur de M. Botte, son grand-père. Il n’en a ni l’observation ni la gaieté. Esprit morose qui ne demanderait pas mieux que de rire, car la vive bulle du sang de Pigault-Lebrun doit de temps en temps polissonner dans ses veines ; il n’attrape jamais que le rire acide ou le rire plat. Fruit le plus sec de la poésie contemporaine, il s’est toujours cru du poëte quelque part, et c’est même ce qui l’a perdu. Il a fait le recueil de ri-