Page:Barbey d’Aurevilly - Les Quarante Médaillons de l’Académie.djvu/57

Cette page a été validée par deux contributeurs.


XVII


M. AMPÈRE


Il s’est donné la peine de naître. Fils d’un homme de génie, de ce fakir de la Science dans les cheveux duquel les hirondelles faisaient leur nid sans que son immense cerveau s’en aperçût, M. Ampère s’est trouvé aisément célèbre, ayant de toutes parts ces relations qui poussent plus un homme que le talent. Avant d’être M. Ampère par ses ouvrages, il était le fils de M. Ampère. Cela valait mieux.