Page:Barbey d’Aurevilly - Les Quarante Médaillons de l’Académie.djvu/109

Cette page a été validée par deux contributeurs.


XXXIV


M. DE LAMARTINE


Le génie heureux, abondant, qui n’a rien fait pour être sublime et qui l’est, mais qui a beaucoup fait pour ravaler, hélas ! le plus chaste et le plus idéal génie aux choses mesquines de son temps et à ses partis les plus coupables ! Romantique sans qu’il le sache, comme il a du génie sans que cela lui coûte une minute de peine, M. de Lamartine n’était pas, comme M. Victor Hugo, un chef de parti,