Ouvrir le menu principal

Page:Barbey d’Aurevilly - À côté de la grande histoire, 1906.djvu/335

Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


LE MARQUIS DE GRIGNAN[1]


I

Si l’on connaît l’historien, à coup sûr on ne connaît pas le héros de cette histoire… Oui ! pour l’historien, on le connaît, et j’en ai parlé déjà. C’est ce Frédéric Masson qui publia un livre sur le cardinal de Bernis, qui, tout simplement, nous apprenait le cardinal de Bernis, que nous ne savions qu’à moitié, et nous entr’ouvrait cette robe rouge de cardinal qui paraissait rose aux clartés décomposantes du XVIIIe siècle, et qui avait bien le droit d’être rouge, et du rouge le plus grave et le plus éclatant, puisqu’il y avait par-dessous un homme qui n’était plus le poète badin des

  1. Frédéric Masson. Le Marquis de Grignan (Constitutionnel, 29 novembre 1881).