Page:Balzac - Œuvres complètes Tome 5 (1855).djvu/448

Cette page a été validée par deux contributeurs.

veau pour elle, elle n’avait jamais pu s’y habituer. La colère de sa cousine lui faisait croire à quelque crime. Elle se demanda quelle serait sa fureur si elle savait l’escapade de Brigaut. Peut-être lui ôterait-on Brigaut. Elle eut à la fois les mille pensées de l’esclave, si rapides, si profondes, et résolut d’opposer un silence absolu sur un fait où sa conscience ne lui signalait rien de mauvais. Elle eut à entendre des paroles si dures, si âpres, des suppositions si blessantes, qu’en entrant dans la cuisine elle fut prise d’une contraction à l’estomac et d’un vomissement affreux. Elle n’osa se plaindre, elle n’était pas sûre d’obtenir des soins. Elle revint pâle, blême, dit qu’elle ne se trouvait pas bien, et monta se coucher en se tenant de marche en marche à la rampe, et croyant l’heure de sa mort arrivée. — Pauvre Brigaut ! se disait-elle.

— Elle est malade ! dit Rogron.

— Elle, malade ! Mais c’est des giries ! répondit à haute voix Sylvie et de manière à être entendue. Elle n’était pas malade ce matin, va !

Ce dernier coup atterra Pierrette, qui se coucha dans ses larmes en demandant à Dieu de la retirer de ce monde.

Depuis environ un mois, Rogron n’avait plus à porter le Constitutionnel chez Gouraud ; le colonel venait obséquieusement chercher le journal, faire la conversation, et emmenait Rogron quand le temps était beau. Sûre de voir le colonel et de pouvoir le questionner, Sylvie s’habilla coquettement. La vieille fille croyait être coquette en mettant une robe verte et un petit châle de cachemire jaune à bordure rouge, un chapeau blanc à maigres plumes grises. Vers l’heure où le colonel devait arriver, Sylvie stationna dans le salon avec son frère, qu’elle avait contraint à rester en pantoufles et en robe de chambre.

— Il fait beau, colonel ! dit Rogron en entendant le pas pesant de Gouraud ; mais je ne suis pas habillé, ma sœur voulait peut-être sortir, elle m’a fait garder la maison, attendez-moi.

Rogron laissa Sylvie seule avec le colonel.

— Où voulez-vous donc aller ? vous voilà mise comme une divinité, demanda Gouraud qui remarquait un certain air solennel sur l’ample visage grêlé de la vieille fille.

— Je voulais sortir ; mais comme la petite n’est pas bien, je reste.

— Qu’a-t-elle donc ?