Page:Balzac - Œuvres complètes Tome 5 (1855).djvu/426

Cette page a été validée par deux contributeurs.

biens nationaux à qui les journaux libéraux faisaient concevoir des craintes ; parmi les fermiers et parmi les gens dits indépendants. Ils finirent même par étendre leurs ramifications dans le Département, et au delà dans quelques Communes limitrophes. Chaque actionnaire fut naturellement abonné. Puis les annonces judiciaires et autres se divisèrent entre la Ruche et le Courrier. Le premier numéro du journal fit un pompeux éloge de Rogron. Rogron était présenté comme le Laffitte de Provins. Quand l’esprit public eut une direction, il fut facile de voir que les prochaines élections seraient vivement disputées. La belle madame Tiphaine fut au désespoir.

— J’ai, disait-elle en lisant un article dirigé contre elle et contre Julliard, j’ai malheureusement oublié qu’il y a toujours un fripon non loin d’une dupe, et que la sottise attire toujours un homme d’esprit de l’espèce des Renards.

Dès que le journal flamba dans un rayon de vingt lieues, Vinet eut un habit neuf, des bottes, un gilet et un pantalon décents. Il arbora le fameux chapeau gris des Libéraux et laissa voir son linge. Sa femme prit une servante, et parut mise comme devait l’être la femme d’un homme influent ; elle eut de jolis bonnets. Par calcul, Vinet fut reconnaissant. L’avocat et son ami Cournant, le notaire des Libéraux et l’antagoniste d’Auffray, devinrent les conseils des Rogron, auxquels ils rendirent deux grands services. Les baux faits par Rogron père en 1815, dans des circonstances malheureuses, allaient expirer. L’horticulture et les cultures maraîchères avaient pris d’énormes développements autour de Provins. L’avocat et le notaire se mirent en mesure de procurer aux Rogron une augmentation de quatorze cents francs dans leurs revenus par les nouvelles locations. Vinet gagna deux procès relatifs à des plantations d’arbres contre deux Communes, et dans lesquels il s’agissait de cinq cents peupliers. L’argent des peupliers, celui des économies des Rogron, qui depuis trois ans plaçaient annuellement six mille francs à gros intérêts, fut employé très-habilement à l’achat de plusieurs enclaves. Enfin Vinet entreprit et mit à fin l’expropriation de quelques-uns des paysans à qui Rogron père avait prêté son argent, et qui s’étaient tués à cultiver et amender leurs terres pour pouvoir payer, mais vainement. L’échec porté par la construction de la maison au capital des Rogron fut donc largement réparé. Leurs biens, situés autour de Provins, choisis par leur père comme