Page:Balzac - Œuvres complètes Tome 5 (1855).djvu/120

Cette page a été validée par deux contributeurs.

une profonde humilité que je me mets à vos pieds pour vous avouer mon amour. Cette déclaration n’est pas dictée par une passion ; elle vient d’une certitude qui embrasse la vie entière. Une folle passion pour ma jeune tante, madame de Kergarouët, m’a jeté en prison, ne trouverez-vous pas une marque de sincère amour dans la complète disparition de mes souvenirs, et de cette image effacée de mon cœur par la vôtre ? Dès que je vous ai vue endormie et si gracieuse dans votre sommeil d’enfant à Bouron, vous avez occupé mon âme en reine qui prend possession de son empire. Je ne veux pas d’autre femme que vous. Vous avez toutes les distinctions que je souhaite dans celle qui doit porter mon nom. L’éducation que vous avez reçue et la dignité de votre cœur vous mettent à la hauteur des situations les plus élevées. Mais je doute trop de moi-même pour essayer de vous bien peindre à vous-même, je ne puis que vous aimer. Après vous avoir entendue hier, je me suis souvenu de ces phrases qui semblent écrites pour vous :

« Faite pour attirer les cœurs et charmer les yeux, à la fois douce et indulgente, spirituelle et raisonnable, polie comme si elle avait passé sa vie dans les cours, simple comme le solitaire qui n’a jamais connu le monde, le feu de son âme est tempéré dans ses yeux par une divine modestie. »

J’ai senti le prix de cette belle âme qui se révèle en vous dans les plus petites choses. Voilà ce qui me donne la hardiesse de vous demander, si vous n’aimez encore personne, de me laisser vous prouver par mes soins et par ma conduite que je suis digne de vous. Il s’agit de ma vie, vous ne pouvez douter que toutes mes forces ne soient employées non seulement à vous plaire, mais encore à mériter votre estime, qui peut tenir lieu de celle de toute la terre. Avec cet espoir, Ursule, et si vous me permettez de vous nommer dans mon cœur comme une adorée, Nemours sera pour moi le paradis, et les plus difficiles entreprises ne m’offriront que des jouissances qui vous seront rapportées comme on rapporte tout à Dieu. Dites-moi donc que je puis me dire

Votre SAVINIEN. »

Ursule baisa cette lettre ; puis, après l’avoir relue et tenue avec des mouvements insensés, elle s’habilla pour aller la montrer à son parrain.