Ouvrir le menu principal

Page:Ballin - Le Mahâbhârata, vol2.djvu/97

Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.




CHAPITRE XV


APPLICATION DE L’ASTRA DE LA TÊTE DE BRAHMA AUX
ENFANTS Â NAITRE DES PÂNDOUIDES


Argument : Arjouna retire à grand’peine son astra du combat. Açvatthâman ne peut pas retirer le sien. Son discours aux deux rishis. Discours de Vyâsa. Il demande le joyau du Dronide. Discours d’Açvatthâman. Réponse de Vyâsa. Açvatthâman lance son astra sur les enfants à naître des fils de Pàndou.


687. Vaiçampâyana dit : Ô tigre des hommes , en voyant ces deux (rishis) éclatants comme le feu, Dhanañjaya se hâta de retirer son trait divin.

688. le plus excellent des Bharatides, après avoir fait l’añjali, il dit alors à ces deux rishis : « J’ai employé (cette arme surnaturelle) en disant : « Que l’astra soit neutralisé par l’astra.

689. Assurément, cette arme suprême étant retirée, le méchant fils de Drona nous consumera tous par la force de son astra.

690. Vous deux, ô vénérables, qui êtes semblables aux dieux, vous devez vouloir ici notre bien de toutes façons, de même que (vous voulez) celui de toutes les créatures. »

691. Sur ces paroles il retira son astra, ce qui, dans les combats, est difficile pour les dieux même.

692. Nul autre que le fils de Pândou, fût-ce même Çata-