Ouvrir le menu principal

Page:Ballin - Le Mahâbhârata, vol2.djvu/446

Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


bandes d’or, dont l’éclat égalait celui du soleil ; ce (char) à la course rapide, à l’intérieur orné de divers joyaux brillants, resplendissant comme le soleil nouvellement levé, ayant une bannière avec un étendard brillant, (où on voyait) Garouda ; ce (char était) attelé de chevaux de choix, rapides comme la pensée, aux corps parés d’or, et dont les premiers étaient Sougriva et Çaivya.