Ouvrir le menu principal

Page:Ballin - Le Mahâbhârata, vol2.djvu/438

Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


1523, 1524. Arjouna aux puissants bras entra, sur l’ordre du roi, dans la maison de Dousçâsana, qui, aussi (belle) que celle de Douryodhana, était ornée de belvédères, remplie d’esclaves mâles et femelles, embellie de grilles d’or, et où abondaient les richesses et les grains.

1525, 1526. Ô grand roi, Youdhishthira fils de Dharma, se plut à donner à Nakoula, qui en était tout à fait digne, et qui avait beaucoup souffert dans la grande forêt, l’habitation de Dhourmarshana ; elle était supérieure à celle de Dousçâsana, garnie de bijoux et d’or, et pareille au palais de Kouvera.

1527, 1528. Il donna à Sahadeva, qui faisait constamment (tout ce qui pouvait) lui plaire, la splendide demeure de Dourmoukha, embellie de riches ornements d’or, pleine de femmes aux yeux de lotus, remplie de lits (magnifiques). Celui-ci, en l’obtenant, se réjouit comme (Kouvera) le distributeur des richesses, en obtenant le Kailàsa.

1529. Ô maître des hommes, Youyoutsou, Vidoura, Sañjaya, Soudharman et Dhaumya, rentrèrent dans leurs anciennes demeures.

1530. Pareil à un tigre qui pénètre dans une caverne de la montagne, le tigre des hommes, (Krishna) descendant de Çouri, entra, avec le Satyakide, dans la demeure d’Arjouna.

1531. Après s’être livré à des festins qui les réjouirent et après avoir passé une excellente nuit, ils se réveillèrent dans d’agréables (dispositions), et s’approchèrent du roi Youdhishthira.