Ouvrir le menu principal

Page:Ballin - Le Mahâbhârata, vol2.djvu/428

Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


(firent) de même. Le roi fils de Pândou, accompagné de ses frères, favorisé par Krishna, sacré par l’aspersion, au moyen de (la conque) Pâñcajanya (du Vasoudevide), avait l’apparence d’un dieu. Puis on fit résonner (les tambours) panavas, anakas et doundoubhis.

1460. Dharmarâja reçut, selon la loi, (tout ce qui lui était offert). En faisant de nombreuses offrandes, il honora, selon la règle, ceux (qui l’avaient sacré).

1461. Puis, par (des dons d’un) millier de nishkas, il fit pousser des cris de bénédiction aux brahmanes pleins de fermeté, à la sage conduite et adonnés à l’étude des védas.

1462. Satisfaits, ô roi, ces brahmanes bénirent Youdhishthira et lui souhaitèrent la victoire, d’une voix aussi (harmonieuse) que celle des cygnes.

1463. « Ô Youdhishthira aux puissants bras, (disaient-ils), grâce au ciel tu triomphes, ô fils de Pândou ! Grâce au ciel, par ton héroïsme, tu as obtenu ce qui était ton droit, ô (prince) très éclatant !

1464. Grâce au ciel, l’archer porteur de Gândîva, Bhîmasena, fils de Pândou, les deux Pândouides fils de Mâdrî et toi, vous êtes en bonne santé,

1465. Échappés à cette guerre destructive des héros, après avoir tué vos ennemis ! Ô Bharatide, hâte-toi d’accomplir tout ce qui te reste à faire. »

1466. Alors Dharmarâja Youdhishthira, honoré par les gens de bien, prit, avec ses frères, possession de son grand royaume, ô Bharatide.