Ouvrir le menu principal

Page:Ballin - Le Mahâbhârata, vol2.djvu/356

Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.




CHAPITRE XXIX


ÉPISODE DES SEIZE ROIS


Argument : Krishna, pour consoler Youdhishthira, lui dit qu’il ne doit pas se désoler de la mort de ses parents ; il lui raconte une légende d’après laquelle Nârada, pour faire oublier à Sriñjaya la mort de son fils, lui cite l’exemple de plusieurs grands rois.


893. Vaiçampâyana dit : Comme l'Indra des rois, Youdhishthira Dharmapoutra, gardait le silence, le fils de Pândou, Goudâkeça (Arjouiia) dit à Hrishikeça (Krishna) :

894. Arjouna dit : Le tourmenteur des ennemis, brûlé par le chagrin (que lui cause la mort) de ses parents, est plongé dans la douleur. Madhavide, console-le.

895. Ô Janârdana, (nous) sommes de nouveau réduits au désespoir. Tu dois faire disparaître son chagrin, ô guerrier aux puissants bras.

896. Vaiçampâyana dit : L’inébranlable Govinda aux yeux de lotus, à qui le magnanime Vijaya venait de parler ainsi, se tourna vers le roi.

897. Keçava ne pouvait, en aucune façon, (craindre de voir ses paroles) rester sans effet sur Dharmarâja. Govinda, (en effet), depuis son enfance, lui était plus cher qu’Arjouna (lui-même).

898. Çauri (Krishna) aux puissants bras, aussi (ferme) qu’un pilier de pierre, ayant saisi la main (du roi), ornée