Ouvrir le menu principal

Page:Ballin - Le Mahâbhârata, vol2.djvu/349

Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.




CHAPITRE XXVIII


DISCOURS DE VYASÂ


Argument : Vyâsa raconte au roi ce qu’Açman dit à Janaka, au sujet de ce que doit faire l’homme qui a perdu ses parents et ses biens.


833. Vaiçampâyana dit : Vyâsa (s’efforçait) de dissiper le chagrin de l’aîné des fils de Pândou qui, rempli de douleur (à propos de la mort) de ses parents, désirait mourir.

834. Vyâsa dit : Ô tigre des hommes, on rapporte aussi, à cet égard, une ancienne légende chantée par Açman. Écoute-la, ô Youdhishthira.

835. Janaka, roi de Videha, accablé de chagrin et de douleur, ô roi, interrogea le sage brahmane Açman, sur les doutes (qui l’assiégeaient).

836. Janaka lui posa cette question : « Comment un homme qui désire le bonheur, doit-il se conduire, quand il acquiert ou quand il perd, soit des parents, soit des biens ? »

837. Açman lui répondit : Aussitôt que l’âme d’un homme est entrée (en ce monde), les peines, aussi bien que les plaisirs, s’en emparent.

838. Que ce soit l’un ou l’autre de ces deux (genres d’impressions) qui l’envahisse, elle s’y abandonne rapidement, comme le nuage est chassé par le vent.