Ouvrir le menu principal

Page:Ballin - Le Mahâbhârata, vol2.djvu/320

Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.




CHAPITRE XXI


DISCOURS DE DEVASTHÂNA (Suite)


Argument : La délivrance finale est très difficile à atteindre. Devasthâna engage le roi à gouverner son royaume, en s’appuyant sur les préceptes de Vrihaspati.


615. Devasthâna dit : On raconte à ce sujet cette ancienne légende. Vrishaspati, interrogé jadis par Indra, lui dit :

616. Le contentement est le plus grand des Svargas, le contentement est le bonheur suprême. Rien n’est au-dessus du contentement. Il occupe le sommet (des choses désirables).

617. Quand on réduit ses désirs, comme la tortue (réduit) ses membres (pour les cacher dans sa carapace), alors, (recevant) la lumière de l’âme, on devient bientôt éclairé dans son âme.

618. Quand un homme ne craint rien, quand on ne craint rien de lui, et quand il a vaincu les désirs et la haine, alors, il connaît son âme.

619. Quand, en pensée, en parole et en actions, on ne cause de dommage à aucun être, et qu’on est sans désirs, alors on atteint Brahma.

620. Quel que soit le dharma que les êtres aient en vue, leur âme en obtient (les mérites) à cette condition, ô fils de Kountî. Aie donc l’esprit éveillé, ô Bharatide.