Ouvrir le menu principal

Page:Ballin - Le Mahâbhârata, vol2.djvu/299

Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.




CHAPITRE XVI


DISCOURS DE BHÎMASENA


Argument : Bhîmasena expose à son frère aîné, qu’après avoir vaincu les ennemis, il doit lutter contre son propre esprit.


482. Vaiçampâyana dit : L’énergique et très impatient Bhîmasena, ayant entendu les paroles d’Arjouna, faisant appel à sa fermeté, dit à son frère aîné :

483. Ô roi, tu connais les devoirs, rien ne t’est caché ; nous nous efforçons constamment (d’imiter) ta conduite et nous ne pouvons pas (y réussir).

484. « Je ne parlerai pas ! Je ne parlerai pas ! » Telle était ma résolution. Mais l’excès de la douleur me (force) à prendre la parole. Écoute, ô roi, (ce que je vais dire) .

485. Ton égarement d’esprit remet tout en doute, nous enlève nos forces et nous plonge dans l’incertitude.

486. Tu es le roi du monde, tu connais tous les préceptes, et (cependant) la faiblesse trouble ton esprit, comme si tu étais un poltron !

487. Les voies du monde et ses sentiers dangereux te sont connus. Ni dans le présent, ni dans l’avenir, il n’y a rien, ô puissant, qui te soit caché.

488. Les choses étant ainsi, ô grand roi, je vais exposer les motifs (qui plaident) pour (que tu conserves) la