Ouvrir le menu principal

Page:Ballin - Le Mahâbhârata, vol2.djvu/279

Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


327. Ceux qui se nourrissent des restes des sacrifices suivent une voie pénible. Distribuer soir et matin la nourriture à sa famille,

328. Donner selon la règle (ce qui leur revient), aux hôtes, aux dieux, aux pitris et à la famille, et manger ensuite ce qui reste, voilà ce qu’on appelle se nourrir des restes des sacrifices.

329. C’est pourquoi, (ceux qui), s’en tenant à leurs devoirs particuliers, mènent une conduite pieuse et disent la vérité, devenus les gourous du monde, sont calmes.

330. Ces hommes exempts d’envie, après avoir accompli des choses difficiles, atteignent le Tridiva (troisième ciel) et habitent, pendant l’éternité, le monde du Svarga (le paradis d’Indra) de Çakra.

331. Arjouna dit : Ces ascètes, après avoir entendu ces paroles conformes au dharma (devoir) et à l’artha (intérêt), ayant compris que (le bien) n’était pas (où ils l’avaient pensé), retournèrent (dans leurs familles) et s’appliquèrent aux devoirs de maîtres de maison.

332. C’est pourquoi, ô maître suprême des hommes, toi aussi qui connais tes devoirs, prends pour appui la fermeté éternelle, et gouverne cette terre, (sur laquelle tes) ennemis ont été détruits.