Ouvrir le menu principal

Page:Ballin - Le Mahâbhârata, vol2.djvu/272

Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.




CHAPITRE X


DISCOURS DE BHÎMASENA


Argument : Bhimasena combat les idées de Youdhishthira.


277. Bhîmasena dit : Ô roi, ton intelligence, comme celle d’un ignorant et aveugle çrotriya (brahmane de la troisième classe), est obscurcie par la répétition (des formules que tu as entendu prononcer) . Elle ne voit pas les choses comme elles sont.

278. Ô excellent Bharatide, quel fruit un homme renonçant, (comme toi), à l’action, méprisant les devoirs des rois, pourrait-il retirer de la destruction des Dhritarâshtrides ?

279. La résignation, la piété, la compassion, l’affection même pour un parent, ne (doivent pas) se rencontrer chez celui qui, comme toi, suit la loi des kshatriyas.

280. Si nous avions su que telle était ta pensée, nous n’aurions pas pris les armes et nous n’aurions tué personne.

281. Nous aurions pratiqué la mendicité jusqu’à la fin de l’existence actuelle de ce corps, et ce cruel combat entre princes n’aurait pas eu lieu.

282. Les poètes ont dit que tout est aliment pour celui qui a (véritablement) la vie. Ce qui est mobile et ce qui est immobile lui sert de nourriture.