Ouvrir le menu principal

Page:Ballin - Le Mahâbhârata, vol2.djvu/240

Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


dhana, et qui parlait, (au moment du) jeu de dés, au milieu de l’assemblée. A sa vue ma colère s’évanouit.

42. Voici quelle fut ma pensée : « Les deux pieds de Karna sont semblables à ceux de Kountî. « Et je recherchai la cause de cette ressemblance entre Prithâ et lui.

43. J’eus beau réfléchir, je ne pus en saisir la cause. Mais comment la terre dévora-t-elle sa roue ?

44. Comment mon frère fut-il maudit ? Tu dois me le dire, ô adorable. Je désire apprendre de toi tout ce qu’il en est.

45. Car, ô adorable prêtre, tu connais tout ce qui, dans ce monde, s’est fait et ne s’est pas fait.