Ouvrir le menu principal

Page:Ballin - Le Mahâbhârata, vol2.djvu/236

Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


des brahmarshis (sages brahmanes), Dvaipâyana, le maharshi (grand rishi) Nârada, Devala, Devasthâna, Kanva, et leurs principaux disciples, s’approchèrent du roi Youdhishthira Dharmarâja, qui avait fait l'oblation de l’eau,

5. Ainsi que d’autres sages brahmanes connaissant les védas, grihasthas (maîtres de maison), ou snâtakas (ayant terminé leurs études sacrées et pris le bain final), qui désiraient voir le plus grand des Kourouides.

6. Ces magnanimes maharshis s’étant approchés et ayant été honorés selon la règle, s’assirent sur des sièges distingués.

7, 8. Puis, après avoir reçu les honneurs que la circonstance comportait, les prêtres, par centaines et par milliers, se tinrent près de Youdhishthira et l’entourèrent selon la règle, sur la rive de la Bhâgirathî (la Gangâ), consolant l’Indra des rois (roi des rois, le plus grand des rois), qui avait l’esprit troublé par le chagrin.

9. Après avoir conversé avec les mounis, dont Krishnadvaipâyana était le premier, Nârada dit au moment (opportun) à Dharmarâja Youdhishthira :

10. « Ô Youdhishthira, tu as justement conquis cette terre par l’héroïsme de ton bras et grâce à la faveur du Madhavide.

11. Grâce au ciel tu es sorti vivant de ce combat qui terrifiait le monde. Je ne doute pas que, attaché aux devoirs des kshatriyas, tu ne te réjouisses, ô fils de Pândou.

12. Après avoir tué tes ennemis, il n’est pas douteux que tu ne satisfasses tes amis (par tes libéralités), et, qu’ayant atteint une telle prospérité, tu ne sois exempt de chagrin. »