Ouvrir le menu principal

Page:Ballin - Le Mahâbhârata, vol2.djvu/205

Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


641. Parées de très beaux vêtements, ces femmes de (la classe des) kshatriyas, se sont approchées en poussant des cris, du roi de Madra, ce taureau des hommes, ce taureau des kshatriyas.

642. Elles environnent le héros Çalya abattu ; elles se tiennent autour de lui, comme des femelles en rut (entourent) un éléphant plongé dans la boue.

643. Contemple cet excellent maitre de char, le héros Çalya, mis en pièces par les flèches, abattu et gisant sur une couche de héros !

644. Ce roi, le majestueux Bhagadatta, dont la demeure se trouvait dans les montagnes, le meilleur de ceux qui se servent d’aiguillons pour conduire les éléphants, gît à terre !

645. La couronne brille sur sa tête, illuminant en quelque sorte ses cheveux, pendant que les bêtes de proie le dévorent !

646. Le combat, qui eut lieu entre lui et le fils de Prithâ, fut terrible et horripilant, comme celui de Çakra contre Bali.

647. Ce guerrier aux grands bras, après avoir combattu le Prithide Dhanañjaya et l’avoir mis en grand danger, a été abattu par le fils de Kountî.

648. Voici Bhîshma qui, dans les combats, était le fléau de ses ennemis et qui n’avait pas d’égal, dans le monde, en force et en héroïsme. Il a été tué, (lui aussi), et repose (à terre).

649. Ô Krishna, vois le fils de Çântanou, qui avait l’éclat du soleil, gisant, tel, à la fin du youga, le soleil (abattu) par le temps, et tombé du ciel.

650. Keçava, ce soleil humain, après avoir, dans le