Ouvrir le menu principal

Page:Ballin - Le Mahâbhârata, vol2.djvu/186

Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


501. Les oiseaux (de proie) donnent maintenant de l’air, avec leurs ailes, à celui que jadis, les plus belles femmes rafraîchissaient avec les plus excellents éventails.

502. Ce puissant guerrier aux grands bras, véritablement héroïque, git, abattu par Bhîmasena dans le combat, comme un éléphant (vaincu) par un lion.

503. Vois, ô Krishna, Douryodhana gisant baigné de sang, tué par Bhîmasena avec sa massue, ô Bharatide !

504. Keçava, sa mauvaise conduite a causé le trépas de ce guerrier aux grands bras, qui menait jadis aux combats onze armées complètes.

505. Ce grand archer, Douryodhana, ce grand guerrier, git abattu par Bhîmasena, comme un tigre (vaincu) par un lion.

506. Ce malheureux et fol enfant, ayant méprisé (les conseils) de Vidoura et de son père lui-même, est tombé au pouvoir de la mort, par suite de son manque de respect pour les gens âgés.

507. Le maître de cette terre qui, pendant treize années, ne lui avait pas offert d’ennemi, mon fils, repose sur le sol, privé de vie !

508. Ô Krishna, j’ai vu la terre gouvernée par le Dhritarâshtride, couverte d’éléphants, de bœufs et de chevaux, mais cela n’a pas duré longtemps, ô Vrishnien 1

509. guerrier aux gands bras, je la vois aujourd’hui gouvernée par un autre, vide d’éléphants, de bœufs et de chevaux ! Pourquoi donc suis-je (encore) vivante, ô Madhavide ?

510. Vois, ce qui est encore plus pénible que la mort même de mes fils : Ces femmes entourent les héros tués dans la bataille !